Carpe diem

J’ai souvent entendu cette phrase de la part des hommes: « je ne veux pas te faire souffrir. » J’avais même écrit un billet dessus. Et, je l’ai entendu encore hier soir. Le contexte est différent cette fois. Ce n’est pas un simple rencard qui a trop bu, qui flippe de s’engager et qui cherche à se rassurer sur sa bienveillance. Le contexte n’est pas le même. Il pourrait être complexe si je m’autorisais à réfléchir comme autrefois. Mais j’ai grandis et appris. Je ne réfléchis plus comme autrefois. (Je ne réfléchis plus du tout finalement! Haha)

Ce matin, en me réveillant, j’avais ma réponse: Tu ne pourras pas me faire souffrir. Tu ne pourras me faire souffrir parce que si ça arrivait, je serais responsable de ma propre souffrance. Ce ne serait pas toi, mais la situation qui me ferait du mal. Et j’aurais le choix, parce qu’on a toujours le choix.

Si je devais souffrir, j’aurais le choix de l’accepter ou de partir. Et je choisirais toujours le meilleur pour moi.

Tu ne me feras pas souffrir parce que j’ai appris à vivre au présent, parce que je suis heureuse et profondément positive, parce que je profiterai toujours de ces instants avec toi et que je n’aurais pas d’attentes.

Tu ne peux rien me promettre, et je ne demande pas des promesses. Tout ce que je veux, c’est pouvoir partager ces moments avec toi. Je veux juste voir cette petite étincelle dans tes yeux quand tu me regardes. Je veux te redonner un peu de bonheur pour que tu puisses l’ajouter à ta collection…

Et si un jour mes attentes changent, je saurais quoi faire. Parce que j’ai une foi aveugle en l’Univers et que je sais que tout ce qui m’arrive a une raison d’être. Parce que rien n’arrive par hasard. Et parce que je me fais confiance.

Je ne peux pas prédire l’avenir (quoi que…) et je ne sais pas ce qui m’attend, ce qui nous attend. Je profite simplement de ce que m’offre la vie. Je m’écoute et je fais ce qui me rend heureuse. Et le simple fait de pouvoir te retrouver me fait du bien. C’est aussi simple que ça…

Processed with VSCO with g3 preset

4 commentaires sur “Carpe diem

  1. Cette phrase m’aurait fait fuir à titre personnel. C’est quand même un peu présomptueux de penser qu’il peut te faire souffrir ? J’aurais tendance à penser « mais tu te prends pour qui ? ». Ce n’est que ma perspective, je ne connais pas l’histoire bien entendu ☺️

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s