It’s a match!

Durant ce confinement, j’ai fait comme tout le monde et j’ai succombé au plaisir coupable du swipe intempestif sur un site de rencontre. Pourquoi? Parce que je m’ennuie pardi! Et que pour avoir l’impression que je ne suis pas seule, je me suis dis que créer de nouveaux contacts serait, forcément, une brillante idée (je vous ai dit que mon cerveau était plein d’idées plus ou moins bonne en temps de confinement!). Grave erreur, cette tentative n’a fait que me conforter dans l’idée que j’allais finir seule, dévorée par mes quatre chats affamés qui n’auront pas d’autre choix que de manger mon visage en décomposition une fois qu’ils auront tanqué toutes les croquettes… (je m’égare!)

Me voila donc sur un site de rencontre lambda, avec des photos d’individus plus ou moins présentables, racontant brièvement leur passion pour leur enfant prodige, la mer et les voyages (originalité, quand tu nous tient!). Une autre constatation dérangeante: beaucoup d’entre eux mettent des filtres sur leurs photos… Genre filtre avec des petits coeurs et des paillettes ou des oreilles de nounours… En quoi un homme avec des oreilles de lapins est censé me donner envie? Non vraiment, je ne saisis pas. Mais passons.

J’en trouve un potentiellement convenable, je swipe à droite, it’s a match! Wouhou! Joie, je suis encore un peu bonne en photo. Le type me parle et j’ai l’impression de passer un entretien d’embauche. Et puis est arrivée, très rapidement, LA fameuse question…

« Tu cherches quoi ici? »

J’en avais déjà parlé ici il y a un peu plus d’un an, et cette question me fait toujours autant d’effet: l’envie, messieurs, de vous éclater la gueule sur un trottoir à la American History X. De faire fondre de la cire dans vos yeux et d’y planter des petites épingles très lentement… (je m’égare… encore!).  » – Tu cherches quoi ici? – Ta mère! »

J’ai donc, en toute honnêteté, répondu que je passais le temps pendant le confinement. Ce sur quoi l’énergumène à immédiatement rebondi : « Ouais ok et après? ». Et l’envie de lui expliquer mon point de vue sur la question et de lui éclater la bouche sur un trottoir fut grande, mais je me suis souvenue que je n’étais pas sur Terre pour éduquer les cons, alors je l’ai poliment ignoré. Et il m’a supprimé. Probablement en me traitant de connasse. Normal.

Mon cerveau a donc lui aussi rebondi sur cette histoire en se demandant s’il ne faudrait pas créer une app de rencontre pour les gens différents, qui ne cherche pas absolument quelque chose mais qui attendent de voir, qui souhaitent d’abord discuter avec un être humain avant de se prononcer sur une quelconque recherche de partenaire idéal (ou de plan cul idéal, c’est selon!). Et qui ont, de ce fait, un minimum de conversation et un QI supérieur à celui d’une huitre. Mon cerveau s’est répondu à lui-même en se disant que le tri serait beaucoup trop long à faire et qu’il avait la flemme.

Alors je suis allée regardé Freud sur Netflix. Et c’était quand même plus interessant que de créer du lien avec des inconnus qui cherche quelque chose et qui te demande à toi ce que tu cherches, plutôt que se demander pourquoi eux cherchent ce qu’ils cherchent…

5 commentaires sur “It’s a match!

  1. Tellement d’accord pour le trottoir comme dans American History X!!! J’en peux plus de cette question. « Du sérieux ou du fun ? » Non mais mec déjà qui me dit que toi t’es fun dans un lit ? Personne. Si tu baises comme tu t’exprimes, je fais bien de m’en tenir à mes sextoys. Bref, on le sait qu’ils rêvent tous qu’on dise « Moi ce que je veux c’est juste me faire baiser comme une salope par un mec comme toi ». Le mec qui crée une app pour personnes éclairées sera riche, à bien y réfléchir, c’est forcément une femme qui la créera…

    Aimé par 1 personne

  2. Merci beaucoup Lula je partage entierement avec toi ce point du vue sur la situation actuel. Ce petit virus a vraiment changé le monde. Les liens humains se reconfigurent, se réinventent. Il y a une intensification d’échanges via internet, des écrits, des photos, des conversations… « Bizarrement, je ressens une certaine chaleur, constate. On redécouvre aussi le téléphone, on se rappelle, ce qu’on ne faisait plus. Ce qui est premier dans les échanges, c’est d’abord le souci de l’autre, la dimension professionnelle vient après. C’est une belle expérience que nous faisons. Il y a des formes de solidarité inédites, qui avaient un peu disparu, entre voisins, entre amis. Descontacts, se manifestent des formes d’affection qui d’habitude n’osent pas se dire, peut-être par pudeur ou par contrainte sociale.Je te suis vraiment avec beaucoup d’interet. Et ce serait une reelle plaisir pour moi de te faire ma connaissance.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s