Confinement jour 4: Covid-19 et célibat…

Je dois avouer que je suis touchée de voir toutes les personnes qui m’ont appelé ou écrit pour savoir si ça allait et si je n’allais pas péter un plomb toute seule. Merci à vous. Mais vous avez tout de même réveillé une petite angoisse en moi: Vais-je supporter la solitude?

C’est le quatrième jour. Ma créativité est décuplée car non sollicitée par les petits plaisirs extérieurs de la vie. De grandes idées germent dans ma tête, certaines plus cons que d’autres, mais passons, ce n’est pas le sujet.

Je dois t’avouer, tout comme je me le suis avouée à moi-même très récemment (il y a 2h environ!), qu’une part de moi remercie le ciel de m’avoir fait vivre une rupture même pas un mois avant le confinement (l’un de nous deux aurait fini enterré dans le jardin. Le virus aurait donc été un formidable alibi en cas de meurtre…) et une autre part de moi-même s’inquiète, s’angoisse, face à cette solitude non désirée. Parce que le problème est bien là: ma solitude je l’aime quand je la choisis. Et là, bien qu’elle ne me dérange pas, elle n’est pas choisi. Et s’il me pète l’envie d’aller me frotter à des gens en sueur sur une piste de danse, je ne peux pas. Merde!

Combien de temps cela va-t-il durer? Est ce que je vais supporter cette solitude qui m’est si chère et précieuse habituellement? Mon ego va-t-il survivre à l’absence de flirt et de badinage, uniquement créé pour le rassurer et non pour trouver un partenaire compatible? Le manque de contact humain me manquera-t-il au point de me rendre folle? Et puis, n’oublions pas un point tout de même non négligeable, qu’il me semble important de soulever: l’abstinence forcée!

Et c’est toujours lorsqu’on est privé de quelque chose qu’on prend conscience de sa valeur. En temps normal, je sais que je peux m’envoyer en l’air avec le premier con qui passe si j’en ai envie (même si je ne le fais pas!). Au pire, j’ai quelques numéros à dégainer, toujours prêts à me rendre service. Et au pire du pire, si personnes ne veut de moi, je pourrais toujours payer (même si je ne l’ai jamais fait!). Mais là, dans ce contexte incertain, aucune des solutions sus-citées n’est envisageable. Pas de eye contact, pas de flirt, pas de jeu de séduction, pas de peaux qui se frôlent ni de danse suggestive avec un inconnu bourré à 4h du matin dans une boite miteuse ou de sourire complice avec un crush. Rien. R. Le néant intersidérale de la drague.

J’ai reçu quelques messages hier soir, d’hommes que je connais un peu, qui auraient probablement tenté de me pécho à la fin d’une soirée. Et je me dis, eux aussi commencent à angoisser. Ils prennent les devant pour la fin du confinement, histoire d’être sûre d’avoir quelque chose à se mettre sous la dent après ces deux semaines. Ils donnent signe de vie, histoire de nous rappeler qu’ils existent et qu’on pourrait éventuellement les envisager avant la fin du monde. Chacun fait comme il peut!

Bref, la solitude va nous pousser dans nos retranchements. Nous allons devoir apprendre à vivre seul. Vraiment seul. Bien sûr, il y a le téléphone et vous pouvez toujours envoyer des sextos et des nudes. Mais ça, c’est marrant deux minutes. Dites-vous bien que c’est tout ce qu’il nous reste et qu’il n’y aura pas de suite logique (c’est à dire coït) à ces messages. Vous resterez donc seul face à vous même et votre smartphone (et éventuellement votre animal de compagnie qui vous jugera, tant vous êtes ridicule à vous contorsionner nu comme un ver pour envoyer une photo de votre anatomie, alors que lui arrive très bien à se lécher les boules tout seul).

Ceci dit, voyons le coté positif: peut-être que des relations épistolaires verront le jours et permettrons à Amours Solitaires de faire un troisième tome! Peut-être que ça permettra aux gens de mieux se connaitre avant de forniquer et, de ce fait, de créer des relations basées sur autre chose que le cul. Et puis ça vous permettra de mieux vous connaitre vous-même, et pas que sexuellement… Une chose est sûre, confrères célibataires, nous allons devenir des pros des nudes durant ce confinement!

Confinement jour 1
Confinement jour 4

7 commentaires sur “Confinement jour 4: Covid-19 et célibat…

  1. J’aime ton analyse réaliste sur ces gens qui guettent et attendent la fin du confinement pour pouvoir accourir au près de la personne qu’ils auront allumés pendant ces 2 semaines 😂😂😂 je rigole, mais c’est une triste réalité de notre société actuelle

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s