The Nightcall…

« I’m giving you a nightcap to tell you how I feel… » comme chantait Kavinski et London Grammar, mais ce n’est pas le sujet, je m’égare!

Je ne sais pas trop comment qualifier cet homme qui n’est pas vraiment un ex, pas non plus un ami mais plus qu’une connaissance, appelons le donc Roger! (Si tu suivais l’ancien blog, tu sais de qui je parle!)

Roger dont je n’ai pas de nouvelles depuis le mois de mars, et encore, ce fut un bref coup de fil très étrange lors duquel il me demandait si je pensais à mon avenir et si je comptais travailler de nuit toute ma vie (j’essaie encore de comprendre ses motivations et cet appel restera à tout jamais un mystère!). Roger qui me contacte environ tous les 2 ans, c’est à dire quand il se sépare. Roger avec qui je passe de bons moments. Mais Roger qui n’a aucune limite quand il est célibataire (tu penses aller prendre juste un apéro avec lui le jeudi soir et tu finis ta soirée le dimanche matin avec un brunch!). Donc Roger qui se met en couple pour avoir une vie saine et ne voit plus personne jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus (ce qui n’a rien de sain, on est d’accord!) et… Tu as compris la suite, c’est une histoire sans fin!

Mardi matin, je me suis réveillée vers 7h et en regardant mon téléphone, j’avais un appel manqué d’un numéro inconnu à 1h32. Qui donc cherche à me joindre en pleine nuit? Ayant très peur des arnaques téléphoniques, je n’ai pas rappelé. Mais ça m’a quand même trotté dans la tête toute la journée et, vers 18h, je me suis souvenue que mon meilleur ami tapait les numéro de téléphone des clients qui réservaient le weekend dans Messenger pour voir qui ils étaient. Me voila donc en train de rentrer le-dit numéro et là, ô surprise, tu l’auras bien compris, c’était Roger!

Je dois admettre que mon coeur a fait un petit bond. Mais tout petit. Une micro attaque, rien de fou. Et puis je me suis dit qu’il était surement bourré pour m’appeler à cette heure-ci. (Se bourrer la gueule un lundi soir c’est quand même un petit peu glauque.) Une seconde hypothèse est apparue dans mon cerveau : peut être que sa femme l’a foutu dehors et qu’il ne savait pas où aller. Et puis je me suis souvenue qu’il avait tout de même une mère et une soeur a appeler avant moi.

Je suis donc rentrée chez moi en me demandant ce qu’il voulait. Même s’il était bourré, il a quand même retrouvé mon nom dans son répertoire. J’ai donc attrapé le taureau par les couilles et j’ai envoyé un message tout en me disant que c’était peut être pas une bonne idée mais bon, la curiosité l’a emporté.

Ma première hypothèse était donc la bonne.

Prendre de mes nouvelles à 1h du mat’ par contre…

Je l’ai donc remercié de penser à moi à chaque qu’il boit, ça me touche terriblement.

3 réflexions sur “The Nightcall…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s