Vas bien te faire…

Hier soir, j’ai commencé à écrire un article sur les messages que je n’ai pas osé envoyer parce que je suis un peu une flipette. Et puis de fil en aiguille, je l’ai laissé dans les brouillons. La situation ayant rapidement évoluée, voici un tout autre article, dans la même veine mais beaucoup plus haineux! Oui, il fallait que ça sorte mais je suis encore trop gentille pour balancer tout ça à la gueule de quelqu’un… (quoi que, ça aussi ça peut évoluer!) et puis je me rends compte en l’écrivant qu’il vaut pour beaucoup de gens!

Vas bien te faire foutre toi avec toutes tes questions! Tu sais quoi? Tout le monde a des problèmes. Y a des gens qui meurent tous les jours. On se pose tous des questions (certain plus que d’autres, certes) et on se tape tous des bad, des coups de mou et des dépressions. Sauf qu’il y a les gens comme toi, qui aiment se morfondre et se complaire dans leur malheur, et il y a les autres, les résilients, ceux qui avancent malgré tout, ceux qui se sortent les doigts du cul, ceux qui se bougent, ceux qui se battent. Ceux qui se donnent les moyens.

Non, la vie c’est pas un kiwi! La vie c’est tout pourrie des fois. La vie, elle te fout des claques. Maintenant, c’est à nous de faire des choix. Soit j’encaisse et j’évolue, soit je reste plantée comme une conne à me retourner le problème dans tous les sens sans jamais trouver de réponse. Si tu te bouges, tu comprendras pourquoi tout ça t’es arrivé. Si tu fixes le problème sans cesse, tu restes kéblo. 

Alors moi je veux bien être gentille, compréhensive et patiente. Parce que moi aussi j’ai peur de me planter, de faire fausse route et de me prendre encore une claque dans la gueule. Je peux le concevoir. Mais je prends pas les gens pour des cons et j’assume mes choix. J’essaie, j’y crois, je bataille et des fois, effectivement, je me plante. Alors je me relève et je continue mon chemin en tirant les leçons de ce qui m’est arrivé. Et tu sais pourquoi? Parce que rien n’arrive par hasard! 

Et toi, ce que tu fais là, c’est de la merde. Certes, je connais pas tes problèmes et finalement, vu comme tu agis avec moi, j’en ai rien à taper! Tu sais pas où t’as mal, tu te laisses porter par le vent, tu couines dans ton coin. Derrière tes grands airs de bad boy, t’es rien qu’un petit enfant qui veut pas qu’on lui pique ses jouets. Tu me gardes sous le coude (pourquoi, je sais pas trop au final!) et tu te dis sûrement que je suis la bonne poire qui va attendre gentiment que t’ailles mieux et que tu pourras appelé quand t’auras un regain d’énergie ou deux heures à tuer. Sauf que mon petit pote, je suis pas juste la meuf qui veut bien de toi. Des mecs comme toi, je crache dans une poubelle et y en a 15 qui sortent (spécial dédicace!)! Ce que t’as pas saisi c’est que je te trouvais mieux que les autres. Mais j’ai du me tromper, en fait tu vaux pas mieux! Tu caches ta lâcheté derrière tes problèmes et tu te sers de ça comme excuse. Bien joué!

Alors la prochaine fois qu’il te prend l’envie de m’envoyer un message ou de me rouler une pelle en public, réfléchis bien à deux fois avant de le faire. J’ai pas le temps de sauver tous les dépressifs de la planète et c’est pas mon rôle de toute façon. Merci, j’ai déjà assez donné de ce coté là. J’ai été faible jusqu’à maintenant parce que j’ai céder à chaque fois. Mais là, tu bloques mon évolution et tu m’empêche d’avancer donc sors de mon chemin si t’as pas des jolies fleurs à y planter! Et vas bien te faire foutre!

Je pense que cette personne est mon Cupidon! 

6 réflexions sur “Vas bien te faire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s