Loup blanc, loup noir

C’est l’histoire d’un enfant qui, comme tous les enfants, joue, rêve et se pose beaucoup de bonnes questions.

Un jour, il va voir son grand-père considéré comme le vieux sage du village.

Il lui demande « Dis-moi, Grand Père, qu’est-ce qu’un Homme ? »

Alors son grand-père, avec ses mots, l’emmène en voyage. Il lui parle de territoires immenses, connus et inconnus, des loups qu’on y trouve.
Il lui raconte le loup noir, sombre, manipulateur, envieux, colérique, hargneux et menaçant, qui hurle la nuit, se cache, se bat avec les uns et dévore les autres, terrifie, domine par la peur et tue.

Il lui raconte aussi le loup blanc, accueillant, équitable, joyeux, solidaire et fraternel. Pacifique, lucide, il protège les siens et soutient les autres, attentif, généreux et confiant.

Puis il lui dit : « Tu vois, l’Homme a ces deux loups en lui. Chacun de nous abrite en lui un loup noir et un loup blanc qui ne cessent de s’affronter. »

L’enfant réfléchit et lui demande :  « … et c’est lequel qui gagne ? »

Alors, le vieux lui répond doucement :
« Celui qui gagne, …… c’est celui que tu nourris. »

Je repensais à cette histoire l’autre jour. J’ai choisis de nourrir le loup blanc. Ceci dit, il m’arrive parfois d’entendre mon loup noir hurler. Mon loup noir veut sortir. Il a faim lui aussi. Parfois, quand je vois les réactions des autres, je me demande si finalement, il ne serait pas plus simple de choisir le loup noir? (Attention, la réflexion qui suit est poussée et tordue!)

Rester positif parait simple à première vue. On entend parler des bienfaits de la pensée positive partout, c’est le truc à la mode. (Attention tout de même, trop de pensée positive peut nuire! Lis donc cet article!) En réalité, c’est un travail de tous les jours. Ça demande de la patience, de la concentration, de la volonté. Et puis il y a des jours où l’on n’a pas envie d’être positif. On est juste dans un bad mood sans trop savoir pourquoi mais c’est comme ça.

Au début, je m’en voulais d’être négative sans raison apparente. Je me forçais à penser positif tout le temps, à être aware, comme dirait JCVD! Puis j’ai compris que ça ne servait à rien et que c’était pire. Mais je m’éloigne de mon sujet de base.

En réalité, quand je vois les autres qui ne se posent aucunes questions, qui ne réfléchissent pas forcément aux conséquences de leurs actes, qui vivent leurs vies comme bon leur semble sans se soucier des autres, les égoïstes, ceux qui roulent comme des malades sans jamais se faire prendre, ceux qui mentent, ceux qui règlent leurs problèmes avec une bonne vieille baston, tous ceux là, sont-ils plus sereins?

Lors d’une dispute, d’un coup dur ou d’une trahison, mon émotion première est la colère. Je veux me venger, Je veux la justice. Puis je me raisonne en me disant que ça ne me soulagera que sur le moment. Je m’en remet au karma parce que je sais très bien que justice, il y aura tôt ou tard. Mais quand même, il y a une petite part de moi, surement mon égo, qui me titille et qui me fait m’imaginer des scénarios farfelus pour obtenir gain de cause. (Je te rassure, je ne suis pas une sociopathe, je me tiens et garde toutes ces idées dans ma tête… pour plus tard! Haha!) 

Et donc il m’arrive de me demander ce qu’il se passerait si je choisissais de laisser sortir mon loup noir? Il m’arrive de me demander si j’arriverais toujours à rester zen, à réfléchir et à opter pour la solution positive ou bien si un jour pas comme un autre, je lâcherai tout? Et puis je me demande si ça sert vraiment à quelque chose de choisir le loup blanc. Quand on est droite avec les autres et que les autres ne le sont pas en retour, on peut se dire « finalement, à quoi bon? ». Et effectivement, j’en suis là aujourd’hui… (Mais j’ai encore une conscience alors ça va!)

Comme je le disais plus haut, le développement personnel est un travail de tous les jours. Vouloir être la meilleure version de soi-même est parfois un combat. Et aujourd’hui, je découvre ma part de sombre. Il me faudra l’accepter et travailler dessus aussi. On dit qu’il faut être le changement que l’on veut voir dans le monde. Mais parfois, j’ai juste envie de laisser sortir cette bête féroce qui sommeil en moi. Parfois, j’ai juste envie de me venger. Parfois j’ai envie d’arrêter de réfléchir au bien et au mal et de réagir impulsivement, sous la colère et tant pis pour les dommages collatéraux!

NB:  Que personne ne s’inquiète, ce ne sont que de simples réflexions, je vais très bien! 

Une réflexion sur “Loup blanc, loup noir

  1. Latmospherique dit :

    Il y a des jours où le loup blanc l’emporte, d’autres où le loup noir l’emporte. Le fait est qu’on ne peut pas toujours rester zen, que parfois on s’énerve, qu’on laisse la colère l’emporter (même si on sait que ça ne sert à rien), éclater. Il y a des jours avec et des jours sans. Le tout est de reconnaître que la haine, la vengeance, la colère, la violence n’engendrent rien de bon à court ou long terme, que ça ne sert à rien, que ça nous fait du mal (en plus de faire du mal aux autres).

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s