De la folie, pardi!

Le début d’une relation, c’est deux mondes qui se rencontrent et qui apprennent à se connaitre. Pour voir s’ils peuvent partager quelque chose de sympa et plus si affinités. On y va à tâtons, on cherche à se mettre en valeur, même si on ne le fait pas exprès, on se montre sous son meilleur jour. Les discussions sont parfois timides mais mignonnes. On s’analyse mutuellement. Est ce que ton monde va s’accorder avec le mien?

Et puis si on sent que ça match, on se revoit plusieurs fois et on crée une intimité, une complicité. Ou plutôt ça se crée tout seul. Et là arrive mon moment préféré: celui du grain de folie! Tu sais, ce moment dans les débuts d’une relation où l’on se sent assez en confiance avec l’autre pour pouvoir se lâcher juste un peu plus. Sans s’en rendre compte, on va faire ou dire un truc con. Mais ça passe. C’est même mignon. Et je crois que ça permet de passer un stade.

J’aime ce moment où la personne en face de moi est assez à l’aise pour me laisser entrer un peu plus dans son monde. Pour me montrer son coté authentique. Celui que sa famille ou ses amis proches connaissent. Ce petit moment de folie qu’on s’autorise quand on est seul, comme chanter sous la douche ou danser dans son appartement, mais qu’un jour on fait devant l’autre parce que la relation est devenue assez intime pour être soi-même, tu vois? J’attends ce moment de folie chez l’autre.

Et j’aime aussi que ça m’arrive. J’aime pouvoir me sentir assez à l’aise pour pouvoir montrer à l’autre que je suis complètement un peu tarée sans avoir peur qu’il parte en courant. Ça veut dire que je me sens assez en confiance pour faire la con comme avec un pote. (Personnellement, si je chante à coté de toi c’est que tu as gagné ma confiance! Mes amis en sont ravis!) 

Parce que finalement, donner sa confiance à quelqu’un, c’est pas évident et ça n’arrive pas du jour au lendemain. Mais pour moi, ça commence par ces petites choses dont on ne se rend pas compte. Et je crois que ces petites crises de folie (j’appelle ça les 5 minutes de chat aussi!), c’est une façon de montrer à l’autre qu’on se sent à l’aise. Qu’on peut se permettre de lui montrer ce qu’on est au fond. Une autre facette de nous même en quelque sorte.

C’est aussi les moments où l’on commence à se confier sur ses peurs ou ses rêves, mais ça c’est encore un autre stade…

3 réflexions sur “De la folie, pardi!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s