J’ai dit ce que je ressentais…

Au début du blog, je te parlais d’une renaissance. D’un nouveau moi. Cette année, j’ai vraiment eu le sentiment, la sensation de naitre à nouveau. Et comme un nouveau né, je dois apprendre, ou plutôt réapprendre à vivre. Non, en fait, j’apprends à vivre autrement. Je revoies ma façon de penser, j’analyse plus mes sensations, mes émotions. Je me laisse guider par mes ressentis. Et donc, j’apprends à faire de nouvelles choses, qui peuvent peut être sembler normales pour certain, mais qui pour moi sont vraiment nouvelles.

Comme l’autre soir par exemple où j’ai parlé de ce que je ressentais. J’ai pris le risque, pour le commun des mortels, d’être éventuellement ridicule, rejetée, incomprise, jugée, moquée. Ou, si on le voit d’un autre oeil, j’ai peut être planté une graine, fait réfléchir, posé des mots sur un truc vague? Tout dépends si tu vois le verre à moitié vide ou à moitié plein.

L’autre soir donc, j’ai attrapé le biseur entre quatre z’yeux. Assieds toi, prends une pause au boulot et fais toi un thé, je te raconte!

C’était vendredi. Le biseur et moi, on s’est encore taquiné toute la soirée. Il était même un peu plus tactile que d’habitude. Cette fois-ci, j’avais droit aux câlins et petits bisous sur le front. Alors comme ça me gonfle de jouer à ce petit jeu sans savoir où ça me mène, j’ai balancé entre deux glaçons qu’il fallait qu’on discute de deux ou trois trucs. Le biseur a eu l’air surpris mais intrigué.

Nous voila en train de boire un verre et lui de me taquiner encore une fois. Et moi de lui dire qu’il fallait vraiment que je lui parle. On se trouve un coin tranquille pour boire notre verre et fumer notre clope, et, comme de fait exprès, on est que tous les deux (chose qui arrive assez rarement, je précise!). Il se lance et me demande de quoi je veux lui parler. Quel homme de nos jours cherche à savoir ce genre de chose? La plupart aurait fuit. Lui, non. La jeunesse j’imagine!

Et là, je me retrouve comme une gourde à rougir et bafouiller! Mes grands airs ont disparus et je me sens comme une gamine qui doit réciter sa leçon devant toute la classe!  Mon cerveau se met en mode alerte rouge! Merde, c’est moi qui ai lancé le truc, je peux plus reculer, bon bah ma foi, autant se lancer! (J’ai quand même tenté d’esquiver en lui disant que je lui parlerais une fois saoule mais ça n’a pas fonctionné!)

Et là, pour la première fois de ma vie, j’ai exprimé ce que je ressentais. Je lui ai dit que jouer, c’était marrant cinq minutes, mais que si ça ne menait à rien, je n’en voyais pas l’intérêt. Que moi, j’aspirais à autre chose vu mon âge. Que malgré les apparences, je suis quelqu’un de fragile et que, quand il me taquine, ça me fait quelque chose parce que je l’apprécie. Que si de son coté, c’était juste pour s’amuser et que ça n’allait pas plus loin, autant arrêter et garder des relations saines et courtoises.

Il m’a regardé, il m’a souri et il m’a fait un câlin. J’ai donc rétorqué que: soit il n’avait pas compris ce que je venais de dire, soit il me prenais vraiment pour une conne. Il a rit et m’a proposé d’attendre le weekend prochain pour voir ce qu’on faisait. Et ensuite il m’a embrassé. Enfin non, il a collé son visage au mien et je me suis dit « merde, t’es vraiment con, tu comprends rien à ce que je te dis » et je l’ai embrassé. Ensuite je me suis excusée et là, c’est lui qui m’a embrassé. (Est ce que tu sens l’adolescente ahurie en moi quand j’écris ces lignes?) Chose qu’il ne faisait pas avant. Mais, ne nous emballons pas, on va attendre le weekend prochain…

Toujours est-il que moi, je me suis sentie libérée, et même délivrée. Oui, comme la reine des neiges!

Dans une situation où avant, je n’aurai rien dit, je me serai pris la tête dans mon coin, j’aurai demandé l’avis des copines, mais au final, ça ne m’aurai pas avancé, là, j’ai pris le taureau par les couilles, et j’ai posé les miennes sur la table!

Alors bien sûr, j’en ai parlé et on m’a dit qu’il se foutait de ma gueule, que c’était qu’un petit con qui devait se sentir gonfler à bloc pensant que j’étais accro à lui et qu’il allait se la péter grave. Ok, peut être. Mais moi je suis quand même vachement fière de moi d’avoir réussi à sortir tout ça! Parce que putain c’était la première fois de ma vie que je faisais un truc pareil! T’imagines pas le bien que ça fait! T’imagines pas comme je suis fière d’avoir fait ça, d’avoir parlé, d’avoir exprimé mon ressenti, d’avoir mis les points sur les i et les barres sur les T! Et de façon non agressive qui plus est! J’ai appris qu’on pouvait dire ce qu’on ressent et qu’on n’en meure pas!

Alors ouais, peut être que ça le fait rire, peut être qu’il me prend pour une conne, peut être qu’il s’en cogne ou que je lui ai fait peur, mais moi, maintenant, je suis tranquille avec moi-même. Ce qu’il ressent lui, à lui de le gérer. S’il préfère qu’on en reste là, ok, ça me fera chier deux minutes mais ça passera! S’il veut tenter un truc, tant mieux! Je ne suis pas dans sa tête et il ne m’a pas vraiment dit ce qu’il en pensait. Moi, j’ai sorti ce qui me dérangeait. J’ai avoué que ça me faisait chier d’en rester là. Et du coup, c’est comme si je lui avais « donné » mes pensées en quelque sorte. Elles ne sont plus dans ma tête. Il sait ce que j’en pense. Il a les cartes en main, il connait mon point de vue. À lui de savoir ce qu’il a envie d’en faire.

Et puis si on en reste là, peut être que c’était juste ça la leçon qu’il devait m’apporter. Et je le remercierai probablement!

Je te tiendrai évidemment informé de la suite des épisodes …

7 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s